Premières démarches en vue de constituer un réseau
entre les bénédictines après Vatican II

Au Paragraphe 23 du Décret ‘Perfectae Caritatis’, ce document conciliaire concernant le renouveau de la vie religieuse, des conférences et des conseils de supérieurs majeurs sont expressément encouragés comme un moyen de tirer de l’isolement les petites communautés et de partager le potentiel. Depuis 1893 le Congrès des Abbés était une telle conférence de supérieurs majeurs comprenant tous les monastères de Bénédictins. A partir de 1965 il devenait clair qu’il fallait faire quelque chose pour créer une semblable possibilité pour les Bénédictines.

1968

Le Synode des Abbés Présidents autour de l'Abbé Primat Rembert Weakland vota que le Primat constituerait une Commission pour les Moniales et les Sœurs et que cette Commission serait divisée en deux sections, une pour les Moniales et une pour les Sœurs, mais avec la (le ?) même Secrétaire pour les deux. Il fut aussi décidé que ces deux groupes consultatifs seraient formés d'un nombre égal d'hommes et de femmes (Lettre circulaire aux Bénédictines du 28 octobre 1968). Ces deux Commissions se réunirent séparément autour de l’Abbé Primat un certain nombre de fois au cours des années suivantes.

1972

Le Synode des Présidents décide d'inviter la Commission des Moniales et plusieurs Prieures Générales de Sœurs Bénédictines comme observatrices au Congrès des Abbés.

1980

La Confédération organisa un Symposium du Centenaire pour célébrer le 1500e anniversaire de la naissance de saint Benoît. 55 Abbesses et Prieures furent invitées pour représenter les femmes. C’était la première fois que des Abbesses et Prieures Bénédictines, Moniales et Sœurs de diverses traditions et de diverses parties du monde se rencontraient à Rome, mais encore seulement en tant qu'invitées au Congrès des Abbés.

1984

Les deux Commissions se réunissent ensemble pour la première fois pour discuter de la possibilité d'une rencontre commune de Moniales et Sœurs.

1987

Les Sœurs Bénédictines invitent 16 moniales et 40 Sœurs pour une assemblée sur les implications de la Règle de saint Benoît pour la vie des Bénédictines, à la Casa Santo Spirito, maison généralice des Sœurs Bénédictines de Tutzing à Rome. Ce premier Symposium organisé par les Sœurs eut un rôle pionnier pour la coopération entre Moniales et Sœurs.

1987

Le premier Symposium internationaldes Bénédictines a eu lieu à la Maison Mère des Bénédictines de Tutzing à Rome en octobre 1987 avec 40 déléguées des sœurs et des moniales bénédictines. Il existe une grande diversité de communautés de Bénédictines, pas seulement en termes de différences culturelles. En plus, par suite de facteurs historiques et canoniques, leur mode de vie s’est développé dans des directions différentes, chacune avec un accent différent, devenant des communautés soit de moniales soit de sœurs. Il n’y a pas de gouvernement central pour elles toutes. Chacune est autonome. Toutefois comme le réseau autour de notre globe s’est resserré de plus en plus, les Bénédictines en sont arrivées à la conclusion qu’il faut trouver de nouvelles manières de collaborer. Il s’en est suivi un processus, grâce au courage et à l’assurance de nombreuses femmes individuellement. Chacune, avec le soutien de l’Abbé Primat de son époque, savait que si nous acceptons de relever le défi avec l’enrichissement inhérent à une vraie rencontre l’une avec l’autre, le Royaume de Dieu gagnerait du terrain parmi nous. Tel est le chemin que les Bénédictines en 1987 ont choisi.

1988

Les deux Commissions fusionnèrent autour de l’Abbé Primat Victor Dammertz. Devaient en être membres des représentantes de 18 régions du monde, de Congrégations internationales et de l’AIM. Un Comité exécutif devait organiser le Symposium suivant, commun à toutes. Le Comité exécutif rédigea un premier projet de Statuts avec l'aide de l’Abbé Primat Victor Dammertz.

Référence: Maire Hickey OSB / Johanna Domek OSB (Editeurs), Frauen in Bewegung. Vertiefung des monastischen Lebens und Glaubens. Vier-Türme-Verlag, Münsterschwarzach 1995, ISBN 3-87868-519-X. Une publication en anglais des conférences est disponible.